Peinture libre à l’Atelier de Charenton

La création a toujours raison !

Le geste de peindre est universel

« Des chercheurs ont récemment montré que les enfants du monde entier dessinent spontanément les mêmes formes simples. Une de leurs hypothèses est que ces lignes, ces traces, ces points sont l’écho de sensations très anciennes partagées par tous les petits humains lors de la vie intra-utérine. De cette mémoire du corps naîtrait le désir universel de dessiner, de laisser une empreinte. C’est cet élan qu’enfants et adultes sont invités à retrouver à L’ Atelier de Charenton à travers le geste de peindre. »

Sandrine Sananès

 

Photo : Marie Spencer - L’atelier de Charenton

A l’Atelier de Charenton

Les adultes et les enfants (à partir de 2 ans et demi) sont accueillis par Sandrine Sananès à l’Atelier du Geste de Peindre à Charenton (94), aux portes de Paris, sans contrainte et en toute bienveillance.

Ici, on ne joue pas au « singe savant » mais on joue à peindre, collectivement, sans compétition, des formes colorées dans une cabane aux murs couverts de liège.

Sans thème ni modèle, la démarche de L’Atelier de Charenton favorise le jaillissement chez l’enfant–comme chez l’adulte- de « formes premières » : points, tourbillons, soleils, arcades, échelles, arêtes, maisons, personnages…

Photo : Marie Spencer - L’atelier de Charenton

« L’objectif n’étant pas d’apprendre à reproduire mais de laisser émerger les signes originels que partagent tous les enfants du monde quelle que soit leur culture, quelle que soit leur éducation. Ces formes enfouies en chacun de nous sont au commencement de la création, elles la structurent et la nourrissent. »

Photo : Marie Spencer - L’atelier de Charenton

Peindre comme un jeu

La peinture est présenté comme un jeu. Les enfants et les adultes peignent debout –comme des peintres professionnels– avec de beaux matériels et 18 couleurs aux pigments riches disposées sur une table-palette. Rien ne doit freiner la créativité et le travail. Le geste est libre et spontané. Il n’y a, en matière de peinture, aucune obligation. Aucun interdit. Aucune interprétation ni commentaire. Le travail doit se faire pour ce qu’il est et non pas dans le souci de plaire aux autres : c’est la raison pour laquelle les parents n’entrent pas dans l’atelier à la fin du cours (mais ils peuvent prendre rendez-vous à tout moment pour admirer le travail de leur enfant).

Sandrine Sananès, la fondatrice de l’atelier, aide à trouver sa place, sa posture, ses couleurs.

Cette ancienne directrice de casting, formée pendant 9 ans à l’atelier d’Arno Stern (artiste peintre et inventeur du concept d’éducation créatrice), dirige la structure. La rencontre avec la peinture a été un tournant dans sa vie. Elle a crée l’atelier de Charenton en 2007 et y a accueilli 420 personnes: des tout-petits, des enfants, des ados, des adultes, des valides et des personnes en situation de handicap.

Son travail consiste à encourager l’expression, à déployer des personnalités, à donner confiance, à apprendre aux élèves à surmonter leurs peurs, à créer des synergies de groupe plus qu’à enseigner des techniques formelles et académiques de peinture ou de perspective. Cependant la peinture reste ici une pratique ludique et non une thérapie ! Par ailleurs, Sandrine Sananès donne régulièrement des conférences auprès de l’Ecole des Parents et des Educateurs à Paris, sur les apports de la peinture libre.

Photo : Marie Spencer - L’atelier de Charenton

Les cours sont hebdomadaires (de 30 minutes à 1 heure 30 selon l’âge des enfants). Des stages sont également organisés pendant les vacances scolaires.

Essayez l’Atelier de Charenton en vue d’une inscription aux cours annuels et réguliers

Mardi 23 septembre, de 17h à 18h30 // Mercredi 24 septembre, de 15h30 à 17h // Samedi 27 septembre, de 10h à 11h15 ou de 11h30 à 13h.

  • Toutes les photos : Marie Spencer – L’atelier de Charenton

Mots-clés

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *