Les chaussures Baabuk en laine feutrée

Vous ne connaissez pas encore les Baabuk ?
Ca viendra ^-^

Les baabuk sont des chaussures en laine feutrée qui résistent au froid et même à la neige. Parce que, là aussi, ça va venir… .

BaabukBaabuk

Elle ne pèsent que 250 grammes. Elle sont faites de laine et de matériaux recyclés. Elle sont anti-bactériennes, combattent les mauvaises odeurs, résistent à l’eau et sont faciles à nettoyer !

What else ?

Baabuk

Une production traditionnelle russe

Galina et son mari ont quitté leurs emplois « corporate » pour l’amour de la laine et  du travail manuel. Ils ont créé leur société il y a bientôt 2 ans pour lancer ces chaussures inspirées des bottes traditionnelles des paysans russes en laine de mouton qui protégeaient leurs pieds de température glaciale, les Valenki.

Après les Valenki

La production des bottes Valenki a commencé à la fin du 18e siècle. Chaque paire était le résultat d’un travail manuel méticuleux et fastidieux. A cette époque, les Valenki étaient chères et à la mode. La production ne se faisait qu’en hiver, elle commençait une fois les récoltes terminées et durait jusqu’à après Pâques, lorsque les bêtes retournaient au pâturage.

Les Valenki étaient portées en intérieur et à l’extérieur, et permettaient de protéger les pieds, même en Sibérie où les températures descendaient jusqu’à -40°C.

Elles faisaient partie des tenues traditionnelles russes transcendant les classes – dirigeants russes, soldats, enfants et paysans chaussaient tous des Valenki. Puis les Valenki devinrent plus populaires, associées à la vie rurale en Russie ou couramment utilisées par la police ou l’armée.

Le mode de production repris pour les baabuk n’a pas changé au cours des trois cents dernières années. Galina et son mari sont soucieux de l’environnement et ont à cœur d’utiliser des matériaux naturels et recyclés.

Baabuk

La fabrication

Environ 1/2 kilo de laine est nécessaire pour faire une paire de chaussures. Pour commencer, la laine est séparée, lavée et brossée. La laine est disposée en plusieurs couches sur des formes spécifiques de sorte que les Baabuks ne forment qu’une seule pièce. Des laines de différentes couleurs sont mélangées. La laine est frottée manuellement avec de l’eau chaude et du savon de sorte qu’elle ramollisse et que les fibres s’entremêlent. La laine feutrée est placée dans une machine à laver à haute température pendant plusieurs heures. Elle rétrécit alors de 30%. Les chaussures sont frappées avec des marteaux et brossées. Cette étape est très importante et physiquement difficile. Les chaussures prennent alors leur forme compacte et deviennent étanches. Enfin, les patins sont montés sur un moule de chaussure et mis à sécher à l’air pendant 2 jours. Le processus de customisation peut alors commencer. Toutes les chaussures sont uniques et fabriquées artisanalement.

Baabuk

Cependant, les Baabuk ne sont pas que de la laine ! Les chaussures s’inscrivent dans une production artisanale, respectueuse des techniques traditionnelles et de l’environnement.

En savoir +

Le site

La page Facebook

Instagram

Toutes les photos: Baabuk

Mots-clés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *