Bobby mon chat : reste digne !

 

Bobby mon chat

 

Les chats et moi, c’est une histoire d’amour qui a débuté tôt.

Mes parents avaient un chat, Casimir, qui, un jour, leur a ramené toute sa petite famille. Un de ses chatons a été mon premier compagnon. Il s’appelait Titi. Je lui parlais très souvent. En chat, couramment.

Je tolère beaucoup des manies de mes chats. Je décrypte leurs miaulements, je connais leurs habitudes.

Certains ne boivent que de l’eau courante, il faut donc ouvrir le robinet d’eau froide pour qu’ils lapent et attendre patiemment qu’ils aient fini. D’autres ne mangent qu’en dehors de leur gamelle.
Certains adorent jouer avec l’eau, d’autres montrent les griffes dès qu’on les approche d’une baignoire –vide.

Certains de mes chats ont été voleurs ou gloutons, d’autres de très bons chasseurs.
Sans compter les intelligents et les rigolos.

Matisse savait mettre sa patte dans le fond des pots de yaourt pour être sûre de ne rien laisser.
On pouvait la laisser seule plusieurs jours : elle avait compris, après une seule démonstration, qu’elle pouvait entrer et sortir de la maison par le soupirail de la cave laissé exceptionnellement ouvert.
Elle ne supportait pas les caisses de voyage : on la transportait partout dans un panier en osier ouvert dont elle ne s’échappait jamais. Elle attendait patiemment que l’on soit arrivés à destination pour se défouler : pas folle la minette !
Elle était capable de rester gentiment assise dans le train pendant plusieurs heures, en position dite du « poulet », les pattes de derrière repliées sous elle, sans bouger d’un iota lorsque je m’absentais dix minutes dans le TGV.
Et de se promener à deux mètres derrière moi en plein Paris. Un petit tour de la place de la Nation avant de rentrer. Le tout sous les yeux ébahis des passants.

Loulou, chaton, allait chercher des feuilles A4 dans les corbeilles en papier pour qu’on en fasse des boulettes avec lesquelles jouer.

Croquette ramenait des merles et des lapins. En pleine banlieue parisienne, à 5 km de la capitale ! Elle aimait partir en maraude de longues journées et revenait avec des « doudous » dans la gueule, comme les appelait Mini Plumetis.

Et puis il y a Bobby…

 

Bobby dans le fauteuil

 

Gros Bobby !

Un gros nul de chat !

Je pourrais vous décrire la vie de Bobby en quelques lignes : dormir sur le dos, en total abandon, les pattes en l’air ; manger des croquettes, beaucoup, et ronronner. Gentil, donc !

En trois ans, ce chat a ramené un ver de terre et a presque réussi à avoir un lérot qu’il a laissé s’échapper vivant dans la maison. Misère…
Il ne sait pas mettre sa patte au fond des pots de yaourt et préfère essayer d’y glisser la tête entière. Opération qui n’a jamais réussie. Pas grave, il recommence.
Il peut miauler devant une gamelle pleine pendant une heure, avant que finalement, on ne lui montre que son assiette est déjà remplie en l’agitant devant lui.  Je me demande quand même s’il a de l’odorat !
Il n’a jamais compris qu’il pouvait entrer et sortir de la maison par le soupirail. A la limite, il est capable de sortir mais pas de re-rentrer : « c’est par où déjà qu’il faut passer? ».

 

Bobby le chat sur le dos

 

Le véto m’avait dit : si vous ne le castrez pas, il urinera partout (j’aimerais bien voir ça) et partira pendant des jours. Bon, il ne  doit pas avoir de copains. De temps en temps il a une soirée, mais c’est plutôt rare : il part alors à 20 heures et revient par le premier métro ^-^

Et quand on le laisse, misère : les deux premières fois, on l’a retrouvé coincé sur le mur du voisin, la patte gonflée comme un gant Mapa. Il avait du se faire piquer par une guêpe. Une fois, bon, mais deux ! La troisième fois, il avait un abcès à la patte, l’autre, mais toujours en ronronnant. Une fois guéri, monsieur a eu des problèmes gastriques, je vous passe les détails. Et pour couronner le tout, il a perdu une canine, à trois ans !

Allo, t’es un chat et t’as pas de dent !

 

Allez, on a quand même de l’espoir Bobby. On croit en toi ! Ce mot pour te dire qu’on espère que tu restes digne en pension et qu’on t’aime !

 

Donc, j’écris à mon chat sur le blog… Effectivement, ça ne s’arrange pas ^-^

16 commentaires

  • La Tulipe dit :

    Brave bête! Modèle économique non rentable mais « gentil ».
    J’en ai entendu parler des semaines de ton Bobby impossible à caresser par ma créature hurlante et courante.

  • Aurélie dit :

    je comprends ton désarroi, je suis moi aussi une grand fan des chats, j’en ai 3 actuellement et l’une d’entre elle, Gigi monte sur le toit du voisin mais ne sait pas descendre, la 1ére fois elle est restée coinçée 12 jours et on la croyait perdu et bien 3 jours après l’avoir fait descendre elle y est retournée ! A ce jour, cela fait 6 fois qu’on va la chercher là-bas, je crois qu’elle a la mémoire d’un poisson rouge!
    De plus, elle a un autre petit secret, elle tète sa queue pour s’endormir en ronronnant! tu vois je crois qu’elle peut rivaliser avec ton chat dans la catégorie de « gros nul de chat « 

    • Aurélie Soligny dit :

      Ah oui, là, tu as du lourd, du très lourd ! Je m’incline ^-^
      Ceci dit, 12 jours sur un toit, c’est quand même fort !
      J’adore les histoires de chat : dormir en tétant sa queue ! Je voudrais bien voir ça.
      Bobby se contente de sortir sa langue en dormant, comme beaucoup de ses congénères… sauf qu’avec 1 canine en moins, c’est plus pratique. mdr
      Des bises

  • Cannelle dit :

    En effet les bêtes se suivent mais ne se ressemblent pas. Il est quand même très beau.

  • Comme d’habitude j’adore lire tes messages. J’Adore les chats (et c’est peu dire) , ton petit mot sur Bobby m’a fait rire. La dernière photo illustre bien tes propos. Avec un prénom Anglais tu devrais peut-être lui parler dans cette langue. Il aurait pu s’appeler bobia. 🙂
    Il est adorable ton Bobby. Chez nous c’est une fripouille de Diabolo.
    Bon week end.

  • Trop génial ton Bobby! il devrait être pote avec notre chat Groquick… le même !!!

  • Camy dit :

    Il est trop beau ton Bobby !
    Mon chat Titus est un vrai névrosé. A 12 ans, il sursaute encore lorsqu’on se lève trop brusquement d’une chaise… Mais bon, même comme ça c’est mon chat à moi et je l’aime !!!Il est d’une beauté et il a le poil tellement doux qu’on oublie dès qu’on le caresse qu’il a horreur des câlins…
    Mais bon, c’est lui le chef, et il le sait 😉

    • Aurélie Soligny dit :

      Qu’est ce que tu veux, il aime pas le bruit ton Titus ^-^ Mais tu as de la chance, car je ne peux pas dire que Bobby soit particulièrement doux… Comme il n’est pas très doué, il a tendance à se prendre dans les buissons d’épineux et à revenir écorché… Misère. Ou alors, il essaie d’avoir des copains et ça marche pas ! En tout cas, c’est rugueux sous la main. Mais merci pour lui !
      Caresse à Titus et Biz à toi !

  • Laurence dit :

    Ha, sacré Bobby, mon Merlin passe lui aussi des heures couché sur le dos à dormir, il croit qu’il est un humain je suppose, c’est le premier de mes chats qui dort ainsi. A la différence de super Bobby, Merlin est terriblement efficace pour le vol de bouffe, il renverse pots et verres d’un coup de patte, ça m’énerve pas mal d’éponger du lait, au début, je croyais que c’était mon plus jeune fils qui faisait l’idiot. Bobby a tout de même un vrai atout, il est photogénique !

    • Aurélie Soligny dit :

      Je crois que nos chats ont un vrai don d’imitation ! Et je suis sûre que Merlin est très mignon. Il doit avoir l’oeil vif et rusé ^-^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *