La cuisine zéro déchet : cuisiner autrement fruits et légumes pour ne plus rien jeter

Stéphanie Faustin voit la vie en vert et tel un colibri, fait sa « part au quotidien pour aller vers un monde plus vert, plus sain et plus simple ». Depuis plusieurs années, elle partage ses recettes bio et ses réflexions écologiques sur son blog Tomate sans graines.

Son premier livre, La cuisine zéro déchet, 40 recettes bio et végétariennes pour ne plus rien jeter, vient d’être édité aux éditions Rue de l’échiquier. Il fait la part belle aux recettes salées (apéritifs, entrées, potages, tartes et muffins, autres mets salés) et sucrées (confits, poudres, autres mets sucrés, tisanes) cuisinées avec les coupes de légumes.

Pelures,  épluchures d’asperge, cosses de petits pois, fanes, feuilles de chou-fleur, vert de poireaux, côtes de blettes, plumets et tiges de fenouil, écorces d’orange, pelures et trognons de pommes, gousses de vanille, peaux de bananes et queues de cerises, restes de pain sont ainsi valorisés.

L’utilisation des fanes de radis (feuilles et tiges) en velouté ou en pesto est connu mais saviez-vous que vous pouviez également cuisiner les fanes des navets, carottes ou betteraves ? J’aime beaucoup l’idée de la soupe multi-fanes cuite avec du millet. Attention cependant, toutes les fanes ne sont pas comestibles. On ne consomme ni celles des pommes de terre, ni celles des poivrons, tomates ou aubergines. Renseignez-vous, goûtez, faites des test et suivez les recettes de Stéphanie. Pour ma part, j’ai jeté mon sort sur les tiges de fenouil confites –une confiserie de plus à apprécier !

Bien sûr, il vous faudra choisir des fruits et légumes bio non traités de façon à ne pas préparer des recettes aux pesticides. Mais quel plaisir de redécouvrir une cuisine savoureuse dans laquelle les produits sont entièrement mis en valeur.

Muffins aux fanes de radis et au chèvre

Gelée de trognons et d’épluchures de pommes

En savoir +

Stéphanie Faustin n’a jamais vu sa mère jeter aucun reste de nourriture : il était mangé au repas suivant ou accommodé autrement. De cette éducation, elle a gardé une sainte horreur de tout gaspillage, au point d’imaginer ce livre, qui fait la part belle aux… déchets ! En les remettant à l’honneur, et plus précisément aux fourneaux.

Mots-clés

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *