Partagez simplement vos moments heureux avec monfairepart.com

Historiquement, et contrairement à l’invitation, le faire-part annonce à ceux que l’on n’a pu prévenir à temps, que l’on n’invite pas ou que l’on n’a pas invité, la tenue d’une cérémonie de mariage ou de funérailles, ou fait part d’une information ou d’un événement, comme par exemple une naissance.

De l’invitation au faire-part

L’usage a voulu pendant longtemps que l’on invite spécifiquement proches et relations à des funérailles par une lettre de décès, ancêtre de notre actuel faire-part. Cette lettre d’invitation, dont l’origine remonte au moins au 17e siècle, était une carte de format rectangulaire illustrée d’ossements et de larmes. Elle était souvent ornée de d’un grand V signifiant « Vous êtes  priés d’assister ».  C’est apparemment sous Louis-Philippe que serait né le faire-part de décès tel que nous le connaissons aujourd’hui : sans ornements et sobrement encadré d’un liseré noir (aujourd’hui, il précise également si notre présence est attendue ou non aux obsèques).

Êtes-vous prévenu ou êtes-vous invité ?

Le faire-part de mariage apparaît peu après sous la très bourgeoise société du Second empire, où il est indispensable pour les classes sociales supérieures de faire de beaux mariages et d’éviter les mésalliances : on se met à scruter scrupuleusement les feuillets où sont mentionnés ascendance, décorations et titres de noblesse. Il s’envoie alors après la cérémonie aux relations qui n’étaient pas invités.

Aujourd’hui, l’on prévient et l’on invite souvent dans le même courrier les amis et la famille à se joindre à la cérémonie et à la réception (même si l’usage de la carte d’invitation au cocktail organisé «à l’issue de la cérémonie» ou au dîner est encore répandu dans les mariages traditionnels, le faire part est néanmoins envoyé à tous avant la cérémonie y compris aux personnes qui ne sont pas invités à la réception).

Une tradition : le vélin blanc cassé

Le faire-part de mariage se présente classiquement sous la forme de deux feuillets de quatre pages pliés au format 20 cm x 14,8 cm insérés l’un dans l’autre —un feuillet pour chacune des familles des deux futurs époux qui placeront leur feuillet face visible lors de l’envoi (ou d’un feuillet unique imprimé en page 1 et 3, version plus économique)— auxquels il faut ajouter la carte d’invitation à la réception, la carte mentionnant les détails pratiques ou un plan d’accès ainsi qu’une carte réponse.

L’usage veut, ou plutôt voulait, car les mariés ne sont plus ni comtes ni comtesses — ni des oisillons tombés du nid—, que les parents des deux fiancés invitent leurs proches selon la formule établie « ont l’honneur de vous faire part du mariage de leurs enfants, petits-enfants, etc. » et « vous prient d’assister à la messe de mariage, bénédiction, cérémonie ou de vous unir d’intention ». Puis, que la mère de la mariée invite à la réception sur une carte séparée…

En 2017, les couples s’engagent souvent après plusieurs années de vie commune et d’indépendance financière et préviennent donc eux-mêmes de l’engagement qu’ils vont prendre ou de la fête qu’ils vont organiser.

Quitte à bouleverser les traditions, pourquoi ne pas essayer de changer aussi les codes et les formes ? On peut désormais trouver plus attrayant que le faire-part traditionnel en vergé ou vélin pur coton blanc cassé ou ivoire, calligraphié en lettres anglaises noires ou bleu marine.

Changez de forme et de papier pour votre faire-part !

Les imprimeurs traditionnels n’ont plus le monopole des faire-part et cartes de mariage qui se commandent désormais en ligne. Des centaines de typo sont disponibles, tous les formats et les papiers sont envisageables. Chez monfairepart.com, on a misé pour les nouvelles collections sur des formats carrés, pliés en accordéon —et ceints d’une jolie ficelle naturelle. Et sur des papiers noirs façon ardoise pour un faire part mariage vintage.

Du papier noir ? OMG, seriez-vous tombé sur la tête ?

Et oui, ce choix est parfaitement assumé, même pour des faire-part de naissance. Cette non-couleur est désormais parfaitement admise pour une chambre d’enfant ; même les marques de mode enfantine n’hésitent plus à miser sur du noir pour la layette. Alors pourquoi ne pas le choisir pour un faire-part ?

Sur le faire-part de naissance, figurent classiquement le prénom et la date de naissance de l’enfant. De tradition anglo-saxonne, le poids et la taille de l’enfant y sont de plus en plus mentionnés. On pourra également insérer une petite photo du nouveau-né qui ressortira très bien sur fond noir. Oh, la petite bouille ^-¨

Et à votre tour, n’oubliez pas de répondre aux faire-part que vous recevrez par des félicitations et des remerciements si vous êtes invités.

Ou d’adresser vos sentiments respectueux (vos hommages pour les hommes) et félicitations avant d’accepter avec grand plaisir l’invitation qui vous est faite — à la troisième personne bien entendu, n’employez jamais de je, malheureux ! Ah, l’étiquette…

Partagez simplement vos moments heureux !

et profitez de la promotion exceptionnelle sur le site dimanche 5 et lundi 6 mars

A propos de monfairepart.com

Quel que soit votre style, monfairepart.com vous proposera des univers graphiques adaptés et cohérents à partir de 0,77€ l’unité par faire-part de mariage ou de 0,71€ par faire-part de naissance. Vous trouverez sur le site des collections de faire-part (ou faireparts, je me mets à la nouvelle orthographe, allez) vintage, classique, original ou humoristique entièrement personnalisables pour toutes vos cérémonies ainsi que des cartes de remerciements, menus, boîtes de dragées ou étiquettes de vin.

En savoir +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *