Fatras

Fatras

O poison pire que mortel,
Me ferez-vous crever le coeur ?

O poison pire que mortel,
Qui me tient en une telle tutelle
Que n’ai la force ni vigueur ;
Envieuse et fausse querelle,
Plus pute que n’est maquerelle,
Trop me plains de votre rigueur.
Où est Satan, mon gouverneur,
Qui ne vient pas quand je l’appelle ?
O folle, infernale fureur ;
Diables pleins de toute cautelle,
Me ferez-vous crever le coeur ?

Guillaume Flamant (~1455 – ~1540)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *