Journée internationale des droits de l’enfant

Nous fêtons aujourd’hui 20 novembre la Journée Internationale des droits de l’enfant, instituée en 1995 par le parlement français à la date anniversaire de la signature du traité internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre 1989. L’occasion de rappeler les droits fondamentaux de tout être humain de moins de 18 ans.

 

  • photo Unicef France

Un traité.

Tous les enfants ont des droits. Tous les enfants ont les mêmes droits !

le 20 novembre 1989 la Convention relative aux droits de l’Enfant est adoptée à l’Assemblée Générale des Nations Unies à l’immense majorité : 191 pays sur 193 la signent. Seuls la Somalie et les États Unis refusent de s’engager.

Elle affirme qu’un enfant n’est pas seulement un être fragile qu’il faut protéger mais que c’est une personne qui a le droit d’être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l’endroit du monde où il est né. Et aussi qu’il a le droit de s’amuser, d’apprendre et de s’exprimer.

  • Source : Unicef — Fonds des Nations unies pour l’enfance

Les droits universels et fondamentaux portés par ce traité international sont obligatoires et non négociables. Il s’agit des principes de non-discrimination ; de l‘intérêt supérieur de l’enfant ; des droit de vivre, survivre, se développer ; du respect des opinions de l’enfant.

Des droits

affiche-enfants

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant est un texte de 54 articles qui énonce entre autres :

  • Le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité
  • Le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée
  • Le droit d’aller à l’école
  • Le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation
  • Le droit d’être protégé contre toutes formes de discrimination
  • Le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir
  • Le droit d’avoir un refuge, d’être secouru, et d’avoir des conditions de vie décentes
  • Le droit de jouer et d’avoir des loisirs
  • Le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation
  • Le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé

Malheureusement, 3 protocoles sont encore facultatifs :

  1. Le premier vise à protéger les enfants contre le recrutement dans les conflits armés.
  2. Le deuxième concerne la vente d’enfants (à des fins de travail forcé, adoption illégale, don d’organes…), la prostitution ainsi que la pornographie mettant en scène des enfants.
  3. Le dernier définit la procédure internationale qui permet à tout enfant de déposer une plainte pour violation de ses droits, directement auprès du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, lorsque tous les recours ont été épuisés au niveau national.
  • Source : Unicef — Fonds des Nations unies pour l’enfance

Le diagnostic sévère des droits de l’enfant en France

  •  En France, 3 millions d’enfants, soit un sur cinq, vivent sous le seuil de pauvreté.
  • Selon les estimations, 9000 enfants vivent dans des bidonvilles ou des squats
  • 140000 jeunes quittent le système éducatif sans diplôme équivalent au baccalauréat ou à finalité professionnelle.
  • La prévalence des idées suicidaires, de la tentative de suicide et des conduites addictives chez les adolescents est elle aussi d’une ampleur inquiétante.
  • Malgré la volonté affichée par le législateur en 2007 la PMI et la médecine scolaire sont des secteurs sinistrés.
  • La majorité des viols et tentatives de viols en France serait commise sur des mineurs. Si l’on rapporte ces chiffres aux études de victimation, il est estimé que 120000 filles et 22000 garçons seraient victimes de viols ou de tentatives de viols chaque année. (sources Unicef —lire le rapport).

 

precarite_france_2015_social850x850

 

  • Les enfants en situation de handicap et pris en charge par les services de la protection de l’enfance sont particulièrement  exposés à des dénis de leurs droits : à la santé, à la scolarité, à une vie en famille, à la protection contre la violence sous toutes ses formes… (source : le Défenseur des droits — lire le rapport)

education_france_2015_social850x850

Pour agir :

Le grand livre des droits de l'enfant

  1. On s’engage avec l’UNICEF
  2. On saisit le Défenseur des droits si on estime que les droits d’un enfant ne sont pas respectés ou qu’une situation met en cause l’intérêt de l’enfant. Un enfant ou un adolescent peut aussi contacter lui même le Défenseur des droits.
  3. On lit le texte de la convention avec les enfants : Le Grand livre des droits de l’enfant, Alain Serres – Pef – éditions Rue du Monde – 2010
  4. On s’offre l’album Un monde meilleur de Kids United, un groupe composé de 6 enfants âgés de 8 à 15 ans parrainé par Hélène Segara  et Corneille. Les 6 jeunes artistes reprennent les plus belles chansons célébrant la paix et l’espoir dont On écrit sur les Murs (Demis Roussos) Sauver l’amour (Daniel Balavoine) en duo avec Hélène Segara , Toi + Moi  (Gregoire),  Il faudra leur dire (Francis Cabrel) en duo avec Corneille. Une partie des bénéfices de la vente de l’album qui paraît aujourd’hui sera reversée à l’UNICEF, pour venir en aide aux enfants en centre d’accueil de réfugiés.

 

En savoir +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *