Style me [ Je suis Swing ]

Envie de faire les Zazous, d’être Swing et de danser le Lindy Hop, une danse de rue apparue dans les années 20 aux Etas-Unis, dans la communauté noire américaine de Harlem ? c’est par ici !

 

Qu’est-ce qu’on danse ?

Le Charleston sur le jazz des « little » et « big bands »dans les années 20 et le Lindy Hop !

Dans les années 1920 et 1930, les salles de bal américaines sponsorisèrent des concours de danse, au cours desquels les danseurs improvisaient et inventaient de nouveaux pas. C’est dans ce milieu que naquît le Lindy Hop.

  • The Legendary George « Shorty » Snowden and his Parter Big Bea in 1937

Légende communément acceptée : le 21 mai 1927, Charles Lindbergh vient de traverser l’Atlantique, c’est le grand saut, le « Big Hop ». C’est un évènement mondial qui se fête partout dans le monde, notamment au Savoy. C’est à ce moment qu’un journaliste vient interviewer le meilleur danseur de l’époque (Georges « Shorty » Snowden), pour savoir ce qu’il dansait. Cependant, cette danse n’avait pas de nom particulier, et sans doute à court d’inspiration et/ou en hommage à « Lindy » (Charles Lindbergh), ce dernier répondit qu’il dansait le « Lindy Hop ».

 

 

Qu’est-ce qu’on chante ?

Je suis swing (vidéo d’ouverture : Les 2moiZelles ) ou Ils sont zazous

Le mouvement Zazou est né en France sous l’occupation pendant la seconde guerre mondiale et prônait une attitude de provocation, proche pour les uns du « je-m’en-foutisme » et pour les autres de « résistance passive ».
— Ils vont effectivement devenir les cibles de l’organisation de la jeunesse fasciste qui les traque jusque dans les bars, tondeuse à la main en criant « Scalpez les Zazous ».

 

 

Le terme est utilisé la première fois en 1938 dans la chanson de Johnny Hess Je suis swing qui vient du morceau de jazz Zah Zuh Zaz enregistré le 2 novembre 1933 par Cab Calloway.

Je suis swing, je suis swing
Zazou, zazou, zazou zazou dé
Je suis swing, oh je suis swing
C’est fou, c’est fou c’ que ça peut m’ griser

  • Johnny Hess (1938)

 

Les zazous étaient contemporains de l’existentialismeBoris Vian avait adopté une attitude assez voisine de celle des zazous qu’il fréquentait parce qu’ils étaient d’abord « très très swing et qu’ils aiment le jazz », sans pour autant en être un.

 

Qu’est-ce qu’on met ?

Voici la description que Boris Vian faisait de la mode zazou :

Le mâle portait une tignasse frisée et un complet bleu ciel dont la veste lui tombait aux mollets […] la femelle avait aussi une veste dont dépassait d’un millimètre au moins une ample jupe plissée en tarlatane de l’île Maurice.

  • Source Wikipedia

  • Jean Veloz and little brother Ray Phelps in the 1940s via Rusty Frank

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *