Peindre les poutres en bois apparentes au plafond ?

Nous sommes d’accord. Les plafonds avec poutres apparentes ont énormément de charme dans les lofts industriels, les demeures du 18e siècle ou les maisons normandes/chalets savoyards d’architectes/décorateurs. Néanmoins, le charme désuet de la poutre anarchique n’est guère avantageux pour le commun des mortels qui habite dans son 60m2 sous les toits –l’endroit où l’on a quand même le plus de chance de voir la structure de la charpente. Lorsque le plafond est bas, les poutres en bois, souvent sombres, font perdre de la  lumière et écrasent la pièce de leur masse. Pour rajeunir votre plafond, deux solutions se présentent : peindre les poutres dans une couleur claire ou les sabler afin qu’elles retrouvent une teinte neutre. Revue de presse.

 

The style files – photo Paulina Arcklin

Peindre les poutres

Avec de la peinture.

Sans blague ? Hop, j’embarque ma peinture pour plafond. Et voilà, erreur fatale ! On ne repeint pas ses poutres en bois avec de la peinture pour plafonds mais avec de la peinture pour bois et menuiseries intérieures. A la différence de la première, la peinture spéciale boiseries microporeuse accrochera au support et ne sera pas absorbé immédiatement comme une éponge. Et comme l’on est astucieux, on choisit une peinture, de préférence acrylique, qui ne nécessite pas de couche d’apprêt –enfin, si les poutres ne sont pas complètement poreuses. Et l’on peint. Dans le sens de la fibre. Et l’on croise. A la brosse. Après avoir poncé, dépoussiéré, traité en appliquant un produit anti-nuisibles et anti-champignons. C’est long. Et c’est haut. Oui. Malheureusement.

Mais puisqu’on en est à peindre au petit pinceau entre le plafond et les poutres, on peut imaginer, soyons fous, de peindre les poutres dans une couleur différente de celle des caissons. Waouh ! On choisit un ensemble poutres gris clair/caissons du plafond blancs, sans risque. Poutres foncées, caissons blancs pour les plus téméraires qui ont quand même un peu de hauteur sous plafond à valoriser. Ou franchement décalé genre blanc pour les poutres/turquoise pour les caissons. Pour les fous du pinceau.

Avec de la lasure. Ou de la chaux. Ou du badigeon.

Oui. Mais non. Déjà que vous allez peindre au petit pinceau plat pendant des heures, alors en plus, si l’effet est à peine visible, ce qui ne manquera pas d’arriver avec de la lasure qui est quand même très transparente –on dit vernis en fait à l’intérieur et lasure pour l’extérieur–, ou du badigeon, franchement, non, c’est vraiment décourageant. Autant passer directement à l’étape sablage et éviter le ponçage, ponçage, traitement, ponçage, badigeon, badigeon. Sauf si vous regardez les autres travailler. Ou que vous êtes très très motivé. Alors, là, allez-y, c’est très frais, très beau !

Sabler les poutres

Génial. Brillant ! Pour redonner de la clarté au bois. Mais. A faire faire uniquement par des professionnels à moins de vouloir redécorer au compresseur tout l’appartement de milliers de petits grains de sable. Pour les plus riches d’entre-nous, donc. A faire suivre d’un vernis protecteur neutre ou teinté, Cf remarque précédente. On adhère.


 

 

 

 


Et pour tous ceux qui rêvent de poutres apparentes, la solution est dans ce papier peint imitant un plafond à la Française !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *