Catégories
Recettes

5 recettes de pompes à l’huile provençales

En Provence, point de galette mais une pompe à l’huile, un gros pain rond brioché à la fleur d’oranger, pour fêter l’arrivée des Rois mages. A cuisiner et à déguster en suivant ces 5 recettes spéciales Épiphanie.

En Provence, point de galette,  non, pas ici, pas dans le Sud, pas de beurre, jamais, malheureux. Ici, on déguste une pompe à l’huile le Jour des Rois ! Et vous devriez essayer…

La pompe à huile : entre le pain et la brioche, elle est réalisée avec de l’huile d’olive, de la fleur d’oranger, de la cassonade et de la farine. Ce dessert symbolise la rupture du pain. Traditionnellement, c’est le présent du Pistachier, personnage typique de la crèche provençale.

La pompe à l’huile fait partie des desserts provençaux, dont parlait déjà en 1683 le père François Marchetti, un curé de Marseille. Puis l’on en dénombra 13, mais plus tard, au début du XXe siècle.

On peut lire également sur le site de la Région Sud, que « l’on associe alors le 13 aux 12 apôtres autour de Jésus lors du repas de la Cène. Cette tradition met essentiellement en avant le partage lors de la période de Noël. La tradition veut également que les desserts soient déposés sur une table recouverte de trois nappes blanches avec 3 bougies pour représenter la Trinité. »

 

 

Les 13 desserts

Une pompe à l’huile donc, un genre de gros pain brioché rond à la fleur d’oranger, les quatre mendiants (amandes, figues sèches, noisette ou noix, raisins secs), les trois nougats (noir, rouge et blanc), des dattes et au choix des fruits de saison, des calissons, fruits confits ou papillotes et un bon gros melon d’eau.

A partager entre convives au grand souper de Noël, pour l’Épiphanie, ou toute l’année en fait…

La recette de la pompe à l’huile

On pompe l’huile avec de la farine, on ajoute du sucre et de la fleur d’oranger, on laisse lever, on laisse lever, on laisse lever.. On dégaze, on abaisse les pâtons, on place une fève, une vraie, un coup de jaune d’œuf, on cuit et zou, dégustation ^-^

 

 

  • La version sèche : « moinsse » de levure, « moinsse » de pousse pour le gibassié ou gibassier, à parfumer impérativement à l’anis, pas à la fleur d’oranger, et pas la peine de s’emboucaner, personne n’est jamais d’accord sur les recettes, le gibassier // Cuisine AZ

© Huiles & Olives

 

S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires