Catégories
Mode & Accessoires Télévision

Halston : la mini série Netflix à ne pas manquer

Imaginez Casino dans le milieu de la mode : vous avez la nouvelle mini série Netflix, Halston, tirée de la biographie du couturier américain, « Simply Halston » de Steven Gaines, avec Ewan McGregor dans le rôle titre !

Imaginez Casino dans le milieu de la mode : vous avez la nouvelle mini série Netflix, Halston, tirée de la biographie du couturier américain, Simply Halston de Steven Gaines, avec Ewan McGregor dans le rôle titre !

Halston (L to R) Rory Culkin as Joel Schumacher, David Pittu as Joe Eula, Ewan McGregor as Halston and Rebecca Dayan as Elsa Peretti in episode 101 of Halston Cr. Courtesy of Netflix © 2021

Halston n’est pas seulement un nom, le nom de l’enfant prodige de la mode américaine Roy Halston Frowick.

Embed from Getty Images

 

C’est aussi un style, celui d’un prêt-à-porter de luxe, identifiable par ses imprimés tie and dye, ses pièces iconiques près du corps, combinaisons, robes-chemises, sarongs, caftans, cousus dans des tissus innovants en paillettes, jersey de soie, cachemire ou microfibre ultrasuede.

Halston evening caftan – Red beaded nylon c. 1977, USA
Gift of Frederick Supper, 82.3.1
YSL + Halston: Fashioning the 70s
Photograph by Eileen Costa – © The Museum at FIT. CC BY-SA 2.0

 

C’est aussi la rencontre avec les muses, Liza (with a Z) Minnelli, Martha Graham, Elsa Peretti.

 

C’est aussi l’histoire d’une battle magnifique entre couturiers français et américains, un épisode véridique et méconnu qui eut lieu à Versailles en novembre 1973 avec un casting de rêve : Oscar de la Renta, Bill Blass, Anne Klein, Stephen Burrows et Halston pour l’équipe américaine ; Yves Saint Laurent, Hubert de Givenchy, Pierre Cardin, Emanuel Ungaro, et Marc Bohan pour Dior pour l’équipe française.
Spoiler : les Américains gagnèrent The Battle of Versailles Fashion Show.

 

 

Mais c’est aussi la marque qui s’est attiré les foudres du monde de l’industrie de la mode en signant un incroyable contrat de licence avec la chaîne de grands magasins JCPenney pour des produits bon marché, vêtements, parfums, cosmétiques.

Et cela devint l’enfer. De contrats de licence en fonds d’investissement, le couturier Halston perdit son âme en signant des lignes de bagages, de moquettes ou de tissus et finit par perdre le droit de dessiner pour sa marque. Son nom. Et sa vie. Délayée dans les limbes du studio 54 et les lignes de coke. Il mourut du SIDA en 1990.


S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires