Catégories
Beauté

Les appareils auditifs ne se cachent plus !

On met des lunettes lorsqu’on voit mal ? Pourquoi ne pas assumer ses prothèses auditives lorsque l’on entend mal ? Les personnes sourdes et malentendantes hésitent pourtant à s’appareiller : en France, 6 millions de personnes souffrent de problèmes d’audition. Heureusement, les prothèses ne se cachent plus !

La top Charlotte Depaepe est sourde de naissance et appareillée depuis l’âge de 5 ans. A l’occasion de la Journée Nationale de l’Audition, elle a posté une photo d’elle prise par Olivier Horen pour la campagne publicitaire Flowersforzo où l’on remarque le fil de son appareil auditif qui lui « permet d’être connectée au monde, aux gens, d’avoir une vie sociale, une vie professionnelle. »

 

 

Les personnes sourdes et malentendantes hésitent pourtant à s’appareiller. En France, 6 millions de personnes souffrent de problèmes d’audition : près d’un Français sur dix entend donc mal ou pas du tout. Le ministère de la Santé constate que la moitié d’entre elles devrait être appareillée pour bien entendre, alors que seulement 35% l’est. « C’est un taux inférieur à celui d’autres pays européens ! » *

 

On met des lunettes lorsqu’on voit mal ? Pourquoi ne pas assumer ses prothèses auditives lorsque l’on entend mal ?

En 2021, les prothèses deviennent, enfin, financièrement abordables —à condition toutefois de bénéficier d’une complémentaire santé responsable ou de la Complémentaire santé solidaire.

Avec la dernière étape de la réforme 100% santé, les appareils auditifs d’entrée de gamme seront en effet pris en charge à 100 % par l’assurance maladie et les complémentaires. De plus, les enseignes d’audioprothésistes ont désormais l’obligation de présenter des devis. Certaines s’engagent déjà pour une démocratisation des appareils auditifs avec des prix compétitifs, comme par exemple Idéal Audition. Un frein important est levé pour les personnes qui pourraient s’appareiller.

 

Alors, pourquoi refuser son appareillage ?

L’une des raisons principales évoquées pour le refus des prothèses est la honte que cela se remarque. « Que vont penser les autres s’ils remarquent mes aides auditives ? » se demandent souvent les personnes qui hésitent à s’appareiller.

Pour que mon appareil soit aussi banal que tes lunettes :
Tes yeux sur mes oreilles

 

« Tout le monde a des trucs dans les oreilles, des écouteurs, des casques et moi il faudrait que j’ai rien ? » Ces mots sont ceux d’Anne-Sarah Kertudo, directrice de l’association Droit Pluriel et commissaire de l’exposition Tes yeux sur mes oreilles.

Cette exposition, organisée en 2019 par la Fondation pour l’audition, se présentait comme « le coming out de la surdité ». Les portraits monumentaux du photographe Stéphane Lavoué de personnes « sourdes, malentendantes, appareillées et fières » ornaient alors les grilles du square de la tour Saint-Jacques, dans le 4e arrondissement de Paris.

 

Cacher son handicap, vraiment ?

Il faut comprendre que le manque d’inclusion à l’école et au travail comme les injonctions contradictoires reçues (pas de soucis avec ton handicap mais…) peuvent générer de grandes souffrances. Par ailleurs, le phénomène naturel de la perte d’audition est quelquefois perçu par la personne âgée comme un manque d’autonomie que l’on souhaite cacher. Nombreux sont alors ceux ou celles à mettre en place des stratégies pour que l’on ne remarque pas leurs difficultés : demander aux autres de parler plus fort, se rapprocher discrètement, utiliser sa « bonne » oreille.

Heureusement, on note dans les centres auditifs que les jeunes, confrontés de plus en plus tôt aux difficultés d’audition (à cause notamment du port d’écouteurs réglés sur un volume sonore élevé), osent s’appareiller. Ils choisissent des prothèses design, esthétiques comme un acte réfléchi et assumé, au même titre que des lunettes, et portent un mouvement qui bénéficie à tous. Car l’appareillage simplifie les relations et permet de retrouver une vie riche en sons, en activités et en contacts sociaux.

 

L’appareillage

Une aide auditive n’a pas à vous être imposée ! Elle peut, selon vos goûts, être discrète, design, plus ou moins visible ou portée fièrement comme un accessoire de mode, un statement object qui fera votre look. C’est au patient de choisir avec son audioprothésiste la prothèse auditive qui lui convient le mieux.

En dehors de l’implant cochléaire, il existe 3 types d’aides auditives : contour d’oreille BTE (Behind The Ear), contour d’oreille à RIC (Receiver In the Canal) et intra-auriculaire (invisible).

Contour
Micro-contour
Intra-auriculaire

Les principales prothèses auditives // Idéal Audition

 

Des prothèses design et connectées

Les coques des prothèses visibles de type contour ou micro-contour et les façades des appareils intra-auriculaires sont évidemment disponibles dans des teintes naturelles en accord avec la carnation et la couleur des cheveux.

Cependant, la plupart des appareils sont désormais connectés —bluetooth, applications (télécommande, sélection et programmes dont le programme masque) chargeurs sans fil, etc. Alors les fabricants surfent sur les couleurs des smartphones de la marque à la pomme ! La marque Signia a-t-elle ainsi remporté le Prix du Design iF 2019 pour ses micro-contours Styletto 7x.

Styletto 7x Signia récompensés du Prix du Design iF 2019

 

Choisir un look fort : lorsque le design a du sens

A la manière d’un accessoire de mode qui termine un look, les prothèses auditives, comme les lunettes, peuvent être des objets esthétiques « mode » et l’occasion de montrer sa personnalité.

Les créations, par exemple, du studio FandD ou de la marque Odiora attirent l’œil ! Il s’agit pour l’un de repenser l’appareil auditif comme un objet esthétique et monumental et pour l’autre de décorer sa prothèse avec un bijou inspiré à l’origine des fleurs de tiaré portées à l’oreille par les Tahitiennes. Ces deux marques souhaitent changer le regard sur les aides auditives et les présenter d’une manière originale et positive. Et ça marche !

  • Le studio FandD a été récompensé du prix de l’accessoire Swarovski pour le projet H(earring) à l’occasion de l’édition 2018 du Festival de mode et de photographie de Hyères. Le trio du projet, composé de la photographe malentendante Kate Fichard et des designers Julia Dessirier et Kate Fichard, a conçu une extension de prothèse plaquée or en se servant d’outils de modélisation 3D. Alors que les audioprothèses sont de plus en plus miniaturisées, leurs créations ont un aspect volontairement imposant : ll ne s’agit pas de camouflage mais de revendication !
  • Avec sa marque Odiora, la créatrice malentendante Nathalie Birault propose des bijoux innovants pour appareils auditifs, pour tous, homme, femme et enfant, et dans tous les styles.

Et rien ne vous empêche de porter l’un de ces bijoux, même si vous n’avez pas de problème auditif. Parce que c’est joli, pour « afficher votre lien avec une personne chère, l’encourager à porter son appareil auditif ou tout simplement la soutenir » comme le précise Nathalie Birault qui a créé spécialement une accroche solidaire. Bravo !


En savoir +


Ideal audition

Créée en décembre 2012 par un audioprothésiste, l’enseigne Ideal Audition propose des appareils auditifs accessibles à des prix compétitifs, jusqu’à 40% en dessous des prix du marché.

Par ailleurs, observant la difficulté qu’ont les moins de 50 ans à pousser la porte d’un centre audio, l’enseigne a mis en place sur son site Internet un test gratuit reçu immédiatement par mail. L’internaute est contacté par une assistante du centre le plus proche lorsqu’une anomalie auditive est décelée. L’échange a pour objectif « de sensibiliser le patient à la nécessité de prendre un rendez-vous avec un audioprothésiste ou de consulter un médecin ORL pour en trouver la cause ».

 

  • Image de couverture : @ksenia_she via Twenty20

S’abonner
Notifier de

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires