Comment construire un mobile à la manière de Calder ?

Alexandre Calder (1898-1976) est un peintre et sculpteur américain connu notamment pour ses sculptures aériennes, abstraites et colorées, des mobiles (suspendus dans l’air, accrochés au plafond ou au mur, ou posés au sol) et des stabiles (fixés au sol). Il réunit avec ces œuvres les notions de mouvement et d’espace.

À partir des années trente, suite à sa rencontre avec Mondrian, Alexander Calder opte pour l’œuvre abstraite et géométrique. Il invente le concept de « sculpture en mouvement » et crée d’immenses mobiles dont les éléments indépendants s’animent grâce à une manivelle manuelle, un moteur électrique ou un souffle d’air. Il développe alors une vision dynamique toute personnelle. L’idée ? Retranscrire la possibilité de retour à l’équilibre en passant par la « mobilité », mais aussi par les jeux de symétrie et dissymétrie. Un réel défi qu’il relève en tant qu’artiste ingénieur unique en son genre…¹

 

Les mobiles

On a trouvé la trace de carillons dans les cavernes des hommes préhistoriques, fabriqués en  corne, dents ou os d’animaux. A l’antiquité, les mobiles de bronze ou de verre étaient agrémentés de cloches pour éloigner les mauvais esprits. Objet sonore, le mobile devient plastique au vingtième siècle avec Calder.

L’origine du mobile est bien difficile à déterminer. Pour beaucoup, elle commence avec l’artiste Alexander Calder, au début du XXème siècle qui reste une référence en la matière, même si presque simultanément, d’autres artistes, notamment Alexandre Rodtchenko en Russie ou Bruno Munari, en Italie, réalisent également les premières sculptures aériennes.

On trouve cependant des traces de l’objet suspendu bien plus en amont dans l’histoire. Au XVIIIème siècle, en scandinavie, les Himmelis traditionnels sont réalisés avec des matériaux simples tels que la paille, à l’occasion des fêtes de Noël. Peu avant dans le temps, avec la révolution copernicienne, les modélisations du système héliocentrique prennent la forme de mobiles suspendus. ²

 

kinetic mobile by Roland Crump, c 1963 via jokemijn

Le principe du mobile

D’une manière générale, les mobiles sont régis selon des principes de physique élémentaire, des jeux de poids, mesures et équilibre. Pour obtenir un mobile, il faut que les masses soient harmonieusement réparties autour d’un point d’équilibre (le barycentre). Différents systèmes et différents niveaux de difficulté sont possibles : le mobile peut-être parfaitement centré, à deux masses ; sur des tiges droites ; asymétrique ; sur des tiges courbées ; à plusieurs masses ; sans tiges, en suspendant les masses les unes au-dessus des autres…

 

 

Les mobiles de Calder sont souvent asymétriques. Ce sont généralement des mobiles à plus de trois masses.

Les mobiles de Calder flottent doucement, les angles des tiges variant légèrement, presque imperceptiblement autour d’une position d’équilibre. L’explication essentielle est fournie par le principe de la balance que nous venons d’expliquer. Les tiges des mobiles de Calder, en effet, sont légèrement courbées. ³

You put a disk here and then you put another disk that is a triangle at the other end and then you balance them on your finger and keep on adding. I don’t use rectangles––they stop. You can use them; I have at times but only when I want to block, to constipate movement.
Alexander Calder

Fabriquer un mobile à la manière de Calder

Sans égaler l’art de Calder, on peut se lancer dans la création d’un mobile en suivant ses traces mais en se facilitant le travail : on diminuera la taille et le poids de l’œuvre et l’on utilisera des matériaux bon marché.

Matériel

  • Les tiges de métal utilisées par l’artiste seront remplacées par du fil d’acier galvanisé, de cuivre ou d’aluminium ou par des tiges fines spécialement dédiées à la création de petits mobiles (Rico design). Si vous souhaitez que votre mobile penche et oscille, utilisez des tiges courbées et non des droites –je vous renvoie sur le site Images des Mathématiques pour les explications scientifiques.
  • Les masses colorées seront en carton ou en papier, à choisir plutôt épais pour la tenue, et non plus en tôle.

Instructions

  • La chose importante dans la construction d’un mobile est de toujours commencer le travail par le bas en remontant vers le point de fixation du haut. On contrôle le balancement du mobile à chaque étape en le posant sur son index.
    Si vous construisez un mobile sans tige ou fil métallique en superposant les éléments les uns au-dessus des autres, vous devrez trouvez le point d’équilibre de chaque pièce de bas en haut, comme montré dans la vidéo ci-dessous.
  • Les pièces colorées seront percés de deux trous, dans lesquels viendra s’insérer le fil métallique.
  • Les tiges pourront être reliées entre elles directement par une boucle, ou par un fil de nylon ou de métal.

 

 

Un tuto et une vidéo pour s’inspirer :

 

 

Accueil » Archives » Techniques » Comment construire un mobile à la manière de Calder ?
Mots-clefs du billet

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.