Les colchiques

Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant
Lentement s’empoisonnent
Le colchique couleur de cerne et de lilas
Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là
Violâtre comme leur cerne et comme cet automne
Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne

Les enfans de l’école viennent avec fracas
Vêtus de hoquetons et jouant de l’harmonica
Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères
Filles de leurs filles et sont couleur de tes papières
Qui battent comme les fleurs battent au vent dément

Le gardien du troupeau chante tout doucement
Tandis que lentes et meuglant les vaches abandonnent
pour toujours ce grand pré mal fleuri par l’automne

  • Guillaume Apollinaire (1880 – 1918)
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Wilbert
Wilbert
7 années il y a

I like reading through an article that can make men and women think.

Also, thanks for allowing for me to comment!

Raymon
Raymon
7 années il y a

There is definately a lot to know about this issue.
I love all of the points you’ve made.