Couture : avec des effets de manche

Manches longues ou courtes, bouffantes ou près du corps, gigot, ballon, pagode, chauve-souris, à volants ou plissées, à poignet mousquetaire ou boutonnées : les variations autour des manches sont infinies et donnent du style à n’importe quel haut simplissime.

Avant l’ère moderne et l’invention de la façon et du prêt-à-porter, on (enfin, ceux et celles qui pouvaient se le permettre) possédait plusieurs manches, non cousues mais retenues par des liens ou des rubans, à placer sur une robe ou un corsage, ce qui permettait de changer de tenue à moindre frais !

Les seules choses que l’on sait, c’est qu’au Moyen Âge, les manches des vêtements des gens de la haute société n’étaient pas cousues de manière définitive et qu’on pouvait donc changer facilement et partiellement de tenue en changeant simplement sa paire de manches ; on sait aussi que, beaucoup plus tard, au moment de l’apparition de l’expression, il a existé des demi-manches (parties basses de la manche) en lustrine servant à protéger les manches elles-mêmes et aisément interchangeables, précise le site expressio.

Monter une manche

Il existe plusieurs styles d’emmanchures et plusieurs méthodes pour monter les manches au corps du vêtement.

— La plus courante consiste à coudre la manche déjà formée à l’emmanchure du corps par une manche montée. On épingle, dans un premier temps, la manche terminée à l’endroit à l’intérieur du corps retourné à l’envers avant de bâtir à l’épaule puis de refermer la manche sous le bras.

— Une variante est de monter la manche ouverte sur un devant et un dos non cousus puis de coudre les manches et les côtés du corps.

— La manche raglan se pose, elle, sur une large emmanchure droite qui tombe, en diagonale, sous le col.

Dans tous les cas, des essayages sont nécessaires avant la couture définitive.

Effets de manches inspirées des années 20 à 50

Les illustrations des patrons vintage sont une source d’inspiration inépuisable pour le dessin des manches. A retrouver en ligne sur Etsy ou Pinterest. Grossièrement, on dégage plusieurs styles :

  • La manche gigot, plus ou moins couvrante mais toujours volumineuse à l’épaule ;
  • la manche ballon et son bracelet, à descendre au coude ou au 3/4 du bras pour éviter le côté fillette ;
  • la manche à volant, flottante autour du haut du bras ;
  • la manche pétale, enveloppée autour du bras ;
  • la manche à poignet retourné, bouffante ou non, au 3/4 ou au poignet ;
  • la manche pagode, évasée au poignet ;
  • les manches fantaisies, plissées ou à empiècement.

Avec des bracelets de manche boutonnés, noués, agrafés, ouverts, plissés, à volants, et l’utilisation de matières et de tissus différents, les combinaisons deviennent infinies. A vos machines !

 

1920s
1930s
1930s

 

1950s
1930s
Accueil » Archives » Techniques » Couture : avec des effets de manche
Mots-clefs du billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.