5 alternatives à des objets du quotidien en plastique

Aujourd’hui, une baleine a été retrouvée morte, de faim, aux Philippines, l’estomac rempli de 40 kilos de plastique. Le jour même de la Journée mondiale du recyclage.

Le recyclage fait partie des “4 R” d’une démarche éco-citoyenne : Réduire (sa consommation) ; Réutiliser (avant de racheter) ; Réparer (on ajoute Raccommoder ^-^) et Recycler.

En ce qui concerne les objets en plastique, dérivés du pétrole, plusieurs experts prônent dès aujourd’hui leur abandon pur et simple. La plupart se recyclent très mal et finissent dans les décharges ou dans l’eau. Ils représentent à eux seuls environ 70% des déchets qui polluent plages et océans. Entre 1950 et 2015, 8,3 milliards de tonnes ont été fabriqués. “Insuffisamment recyclés, ces derniers s’amoncellent dans des décharges et dans les océans, pour aboutir à une situation aujourd’hui critique : près de 5 milliards de tonnes de plastique dans la nature, un chiffre qui pourrait s’élever à 12 milliards d’ici 2059″, peut-on lire dans Sciences et avenir, qui ajoute “qu’il y aura bientôt plus d’une tonne de déchets plastiques par habitant“.

 

Infographie: Le plastique peut mettre 600 ans à se dégrader dans l'océan | Statista
+d’infographies sur Statista*

 

Les objets en plastique à usage unique comme les pailles, les touillettes à café, les couverts, les mélangeurs de cocktails ou les coton-tiges, seront, eux, interdits dans l’Union européenne, vraisemblablement dès 2021. En France, grâce à la loi Biodiversité, ils seront interdits au 1er janvier 2020.

Et il était temps. Produire et consommer un produit destiné à être jeté tient de l’hérésie écologique. Alors, on rompt avec nos habitudes de consommation et l’on opte pour ces alternatives écolo.

Le coton-tige

Ce bâtonnet en plastique à embouts de coton perfore non seulement les estomacs des animaux marins mais aussi nos tympans. Sa mauvaise utilisation, le fait de l’enfoncer dans le conduit auditif peut, au mieux, provoquer un bouchon de cérumen et au pire, un abcès intracrânien !

Le cure-oreilles en bambou, est une alternative intéressante si vous tenez vraiment à nettoyer, et avec précaution, la partie visible de l’oreille. Car le conduit n’a aucun besoin de soin d’hygiène, le cérumen n’étant pas “sale”, mais une sécrétion naturelle et protectrice.

Les pailles

La question est : avez-vous besoin d’une paille ? Ne peut-on pas simplement boire au verre ? Car la paille est un fléau mondial, un objet non recyclable qui se retrouve dans le nez des tortues. “Selon le National Park Service (l’agence nationale américaine qui gère les parcs nationaux du domaine fédéral), les Américains utiliseraient à eux seuls près de 500 millions de pailles par jour” apprend-ton dans National Geographic.

Pour garder néanmoins ce plaisir –très–régressif, il vaut mieux choisir une paille en bambou –vraiment– recyclable ou un modèle lavable en inox ou verre.

Les gobelets, couverts et vaisselle en plastique

En ce qui concerne la vaisselle jetable, les producteurs font preuve d’inventivité et de technique : bambou, pulpe de canne à sucre, amidon de maïs, fécule de pomme de terre, feuilles de figuier, fibres de banane… L’interdiction à venir semble avoir été bien anticipé. Les matières sont renouvelables, biodégradables, recyclables. Réjouissons-nous !

Les éponges

Il existe trois types d’éponge : l’éponge naturelle (végétale, le loofah, ou animale, le squelette de la bête de la famille spongiidae et des genres : Spongia, Hippospongia, Coscinoderma) ; l’éponge végétale jaune (en coton et cellulose) et l’éponge en mousse de résine, vendue dans les magasins de décoration avec des formes rigolotes proposées en une multitude de couleurs. Une éponge végétale jaune a souvent un côté grattant vert composé d’un mélange de nylon et polyester.

Halte là. Il y a mieux à faire que d’acheter ce plastique. Vous ne connaissez pas le tawashi ? Ce carré tissé en fibres recyclées est un DIY beau et bio ! Adopté.

Les bouteilles

Rien n’est encore prévu légalement pour interdire la commercialisation des bouteilles d’eau. Cependant, des initiatives apparaissent : la ville de San Francisco a interdit, en décembre dernier, la “vente de bouteilles d’eau en plastique lors de ses évènements et dans ses lieux publics” apprend-t-on dans Pour nourrir demain via The Guardian. On rappelle qu’une bouteille en plastique met 450 ans à disparaître.

On peut commencer par arrêter de consommer de l’eau en bouteille. Notre eau courante est potable et disponible au robinet. Elle se garde très bien dans une carafe en verre et se transporte dans une gourde en inox, un métal stable. On investit une fois et on n’en parle plus.

 

Accueil » Archives » Environnement » 5 alternatives à des objets du quotidien en plastique
Mots-clefs du billet

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de