Elise Djo-Bourgois, artiste dessinatrice textile Art Déco

Élise Djo-Bourgeois (1894-1986) est une créatrice textile, figure longtemps oubliée de l’Art Déco. Des expositions récentes au Centre Pompidou-Metz  et à la Villa Noailles ont rappelé l’importance de son travail.

Photo Pinterest @atelierdkf

Dans l’ombre de son mari, Georges Bourgeois, dit Djo-Bourgeois, architecte décorateur proche de Charlotte Perriand et René Herbst, Elise Djo-Bourgeois conçoint les imprimés textiles abstraits aux formes géométriques de ses aménagements.

Distingué par Robert Mallet-Stevens, le couple est invité à venir décorer la villa qu’il construit à Hyères pour Charles et Marie-Laure de Noailles. Elise Djo-Bourgeois y crée les motifs des rideaux et tapis. Des triangles, arabesques, rectangles, cercles et lignes brisées qui rappelle le travail de peinture-musique de Sonia Delaunay.

Sa carrière s’interrompt à la disparition précoce de son mari en 1937 et son travail tombe dans l’oubli.

Assignment was to reprint the curtains that hung in front of the window of the large kitchen on the first floor of The Sonneveld House (Rotterdam 1933). The curtains were supplied by the firm of Metz& Co, with a geometric pattern designed by Elise Djo Bourgeois. Client: Barbara Laan, interior historian // © Marina van Tuikwerd textile Design
Paris, France, ca. 1925. Furniture in wood and aluminum. Chairs upholstered in chartreuse denim. Side table painted beige and yellow. Curtain fabric, hung on black rods, printed in mauve, yellow and black linen, by Elise Djo-Bourgeois. Shown at Salon of the Société des Artistes Décorateurs. Georges Djo-Bourgeois (1898-1927) designer // Bonney, Therese. 1925. Therese Bonney photographs, 1925-1937.

 

Lorsque Pierre Frey rachète Lauer en 1995, il découvre des merveilles éditées notamment dans les années 1920 et provenant d’un panel d’artistes de premier ordre : Lalique, René Prou, Burkhalter, Sue et Mare et bien entendu, Elise Djo-Bourgeois » explique-t-on à la Maison Pierre Frey. L’éditeur de tissus a prêté ses archives, textiles imprimés, un recueil d’empreintes ainsi qu’un livre regroupant des photographies anciennes de tapis à la Villa Noailles pour l’exposition « Sur le motif » qui ont permis de redonner vie aux décors imaginés par le couple.

 

 

Vues de l’exposition Elise Djo-Bourgeois, « Sur le motif », Villa Noailles, Hyères, 2019 / ©ATS

 

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de