Les biscuits de la joie d’Hildegarde de Bingen, naturaliste du XIIe siècle

Hildegarde de Bingen ( est considérée comme la première femme naturaliste d’Allemagne. Canonisée en 2012, elle a été déclarée « docteur de l’Église » cette même année. Abbesse, médecin, guérisseuse, auteure, musicienne, cette femme mystique étonne par sa connaissance du monde et de l’humanité.

 

« Écris ce que tu vois et ce que tu entends »

A l’âge de 40 ans, la religieuse reçoit l’ordre divin de décrire les visions qu’elle a depuis l’âge de 3 ans : « Fais connaître les prodiges que tu vis, mets-les par écrit, et parle ». « Le Pape autorisa la mystique à écrire ses visions et à en parler en public. A compter de ce moment-là, le prestige spirituel de Hildegarde s’en trouva grandi, au point que ses contemporains lui attribuèrent le titre de prophétesse rhénane » a rappelé le Pape Benoît XVI dans une Audience générale en 2010.*

Elle transcrit alors ses 35 visions dans un ouvrage appelé le Scivias, « Connais les voies du Seigneur », à partir de 1146.

Ses récits apocalyptiques (au sens littéral de dévoilement des fins dernières) donnent de l’univers une vision étonnante de modernité où la science actuelle peut se reconnaître (création continue, énergie cachée dans la matière, magnétisme) mais qui peut aussi apaiser la soif actuelle de nos contemporains tentés par le « Nouvel Age ». (« Le monde ne reste jamais dans un seul état », écrit-elle.) L’essentiel de sa pensée réside dans le combat entre le Christ et le prince de ce monde, au cœur d’un cosmos conçu comme une symphonie invisible. Dante lui emprunta sa vision de la Trinité.*

Elle écrit 9 livres sur des sujets aussi variés que la cosmologie, la botanique, la linguistique, la médecine et la théologie. Elle affirme « que la Terre tourne autour du Soleil, placé au centre du monde, que les étoiles fixes sont en mouvement, et que le sang circule dans le corps 1. »

 

« Hildegard von Bingen empfängt eine göttliche Inspiration und gibt sie an ihren Schreiber weiter. » (Hildegard von Bingen reçoit une inspiration divine et la transmet à son scribe.) Miniature tirée du Codex des Liber Scivias.

 

Le corps, l’esprit, l’âme et l’environnement

Selon Hildegarde de Bignen, le corps, l’esprit, l’âme et l’environnement sont les quatre piliers de la santé.

Il n’y pas de maladies, mais des hommes malades, et ces hommes sont intégrés dans un univers qui, de même qu’il participe à leur malheur, doit aussi prendre sa part dans la guérison ; ils doivent être soignés dans leur totalité, corps et âme, et, même si la nature peut et doit venir à leur aide, c’est bien souvent dans leur propre sagesse, leur modération, leur maîtrise d’eux-mêmes, qu’ils trouveront les forces qui soutiendront le processus de guérison.

Les causes et les remèdes (Liber compositae medicinae. Causae et curae), réédité aux éditions Jérôme Millon en 2005, propose des soins par la phytothérapie et l’alimentation. Elle préconise une alimentation à base de fenouil, de châtaigne, d’épices, de précieux anti-inflammatoires, et de grand épeautre –au lieu du seigle, de l’orge ou du blé tendre, le froment, que l’on consommait à son époque.

Elle écrit de nombreuses recettes, bonnes pour l’humeur et la santé, dont les biscuits de la joie, de petits sablés aux épices qui ne peuvent faire que du bien. La recette originale comprend une bonne dose de cannelle, noix de muscade et clous de girofle, à ajuster selon votre goût !

 

Les biscuits de la joie

Ces petits gâteaux dispersent toute amertume qui est en ton cœur et ils t’apaisent. Ils ouvrent ton cœur et tes cinq sens et te mettent de joyeuse humeur, ils purifient tes organes sensoriels et réduisent en toi toutes les humeurs nocives. Ils donnent à ton sang une bonne composition, te rendent performant, fort et joyeux.

La recette d’Hildegarde :

  • Prendre une noix de muscade à poids égal de cannelle et un peu de giroflier;
  • réduire en poudre;
  • avec cette poudre, de la fleur de farine et un peu d’eau, faire des petites galettes et en manger souvent;

Cette préparation adoucit l’amertume du corps et de l’esprit, ouvre le cœur, aiguise les sens émoussés, rend l’âme joyeuse, purifie les sens, diminue les humeurs nocives, apporte du bon suc au sang et fortifie.

 

 

Mots-clefs du billet
,

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de