Droit au but : Olivier Mosset expose au MaMo

Du toit-terrasse, le vue s’étend de la montagne à la Méditerranée. « L’unité d’habitations » orientée est/ouest en décalage du boulevard qui l’accueille, offre un point de vue incomparable à qui grimpe jusqu’au dernier étage. Le Corbusier y avait conçu un gymnase, une piste de course, un solarium, et la pataugeoire de l’école maternelle située à l’étage inférieur.

Une grande partie du 9e étage de cette Cité Radieuse appartient depuis 2010 au designer Ora Ito qui a transformé les équipements sportifs en laboratoire de création artistique. Le Marseille Modulor –MaMo– accueille ainsi depuis 2013 des expositions d’artistes contemporains.

Après Xavier Veilhan, Daniel Buren, Dan Graham, Felice Varini et Jean Pierre Raynaud, Olivier Mosset est le 6e invité du lieu qui poursuit ainsi « son cycle d’invitations annuelles auprès d’artistes immenses, seuls capables de prendre le pouvoir sur des espaces imposants et de se mesurer à ce lieu hors du commun. »

 

exposition « UNTITLED » par Olivier MOSSET au MAMO

 

Olivier Mosset post BMPT

Daniel Buren, Olivier Mosset, Michel Parmentier et Niele Toroni fondent le groupe BMPT en 1966. Pendant un an, les quatre artistes vont marquer par leurs manifestations leur critique de la peinture. Ils peignent des motifs répétés sur toile, sans message ni émotion. Mosset choisit de tracer un cercle noir au centre d’une toile blanche.

Il quitte ensuite le groupe pour aller vivre aux États-Unis où il réalise des variations sur le monochrome dès 1977, et poursuit avec rigueur son travail de déconstruction de la peinture. «Yves Klein avait pris toute la place en France. C’était plus facile aux États-Unis, là-bas, c’était possible » commente l’artiste. Il fonde le groupe New York Radical Painting group et part à la recherche de cette peinture « ne faisant référence qu’à elle-même et à son histoire en tant que médium ».

Untitled : une critique du monochrome

Olivier Mosset investit le MaMo avec l’exposition Untitled : des œuvres monumentales recouvertes de peinture caméléon miroitante utilisée en carrosserie et une moto personnalisée.

Les grands monochromes irisés se reflètent dans le ciel. « L’œuvre n’est pas statique, elle réagit à la lumière, à l’angle de vue » rappelle-t-il. « Je n’y crois pas vraiment au monochrome, il y a de la lumière, ce n’est jamais un monochrome. » Effectivement, les couleurs des panneaux de métal varient, tels des scarabées, en fonction de l’ensoleillement.

On a de la chance. Olivier Mosset ne vient pas à ses vernissages. Mais il est était curieux du lieu, « Marseille est devenu moderne, du moderne ancien. » Il rit. Il assiste au montage de deux de ses œuvres, une horizontale de 18 mètres et une autre verticale de 5 mètres, produites pour le lieu. « Il y avait cette galerie à Los Angeles. J’ai au l’idée du billboard. » Des grands panneaux d’affichage recouverts de peinture miroitante. Il pense pouvoir présenter ce travail à Marseille et peindre in situ. Mais on ne peut pas toucher aux murs classés de la Cité Radieuse. Les panneaux conçus à distance sont en cours d’installation.

L’artiste, goguenard, présente son travail : « Au début, nous étions dans la critique de l’art et nous avons peint des monochromes. Avec ce monochrome qui change de couleur, c’est la critique du monochrome. »

Il présente dans le gymnase du toit-terrasse la troisième pièce, une de ses anciennes motos recouverte, elle aussi, de peinture caméléon. Un chopper Harley Davidson 74’ Panhead de 1957, le même modèle que celles de Dennis Hopper et Peter Fonda dans Easy rider. Mais elle a du subir des changements de pots d’échappement pour le contrôle technique, « ça ne passait pas en France » mentionne t-il dans un sourire.

La moto ne lui appartient plus. Elle a été prêtée par un collectionneur privé pour l’exposition. Il ne la regrette pas. Il en a d’autres qui l’attendent dans le garage où il vit et travaille « certains choisissent d’exposer leurs voitures et motos dans leurs maisons, j’habite dans un garage, c’est plus pratique ».

Il ne cesse, en effet, d’arpenter à moto ou en voiture les paysages d’Arizona. L’espace et la route. Et le soleil. Jusqu’aux toits de Marseille en été. Droit au but.

exposition « UNTITLED » par Olivier MOSSET au MAMO
exposition « UNTITLED » par Olivier MOSSET au MAMO

 

exposition « UNTITLED » par Olivier MOSSET au MAMO
exposition « UNTITLED » par Olivier MOSSET au MAMO

En savoir +

Accueil » Archives » Art » Droit au but : Olivier Mosset expose au MaMo
Mots-clefs du billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.