Les mains de mamie : le DIY intergénérationnel

  • Des ateliers DIY d’apprentissage de travaux d’aiguilles sont nés en Provence. Apprenez le crochet, la broderie, l’arm knitting et le punch needle avec les mamies rock des Mains de Mamie !

 

Aurélie de Barros rêve à l’espace intergénérationnel qu’elle se voit ouvrir d’ici quelques années. Un lieu moderne et convivial, accueillant des ateliers, une boutique et un café. Un lieu de discussion entre retraitées… Ouvert aux jeunes !

« Il n’existe aucun lieu de convivialité pour les plus âgées, alors qu’elles sont la mémoire de notre féminisme et de notre féminité« . Lorsque je la rencontre dans un café de Marseille, Aurélie raconte son besoin de transmission et son envie d’être une « passeuse de mémoire« , un relais entre les plus anciens et sa génération de Millennials.

Un projet intergénérationnel

De sa grand-mère paternelle, couturière, elle a tout appris des « travaux d’aiguilles » : couture, tricot, crochet. Au moment de penser à un autre avenir après des années dans le domaine de la communication, Aurélie reprend la couture et compte sur le savoir-faire de cette aïeule. Mais la vieille dame ne se souvient déjà plus. La maladie d’Alzheimer lui est diagnostiqué.

Le projet évolue doucement : il s’agirait de transmettre ou plutôt d’imaginer un espace de transmission. Un atelier intergénérationnel, social, en rapport avec les travaux d’aiguilles. Elle insiste : « comment se fait-il que les grands-mères ne soient pas plus intégrées ? ».

Aurélie expose son projet à une session de coaching. Elle est remarquée par un incubateur d’entreprises du réseau Les Premières qui la soutient. La désormais entrepreneuse bénéficie d’un accompagnement. Elle entre en phase de test : c’est un succès, la machine est lancée. Il faut maintenant recruter les intervenantes et programmer des ateliers.

 

Mamie is back • Les ateliers DIY

A l’origine de la bande de mamies, il y a Jo. L’ancienne collègue, bientôt retraitée, qui « sait tout faire » : crocheter, coudre, tricoter. Elle est partante, elle y croit. Les deux femmes parlent du projet avec enthousiasme. Leur désir est communicatif et le bouche à oreilles fonctionne : deux autres retraitées, Mauricette puis Michèle, rejoignent le club.

Les trois nouvelles auto-entrepreneuses proposeraient des ateliers de crochet XXL au trapilho, de broderie, la découverte de l’arm knitting et du punch needle dans l’air du temps. L’idée serait de fournir toute la matière première et de repartir avec sa création.

Les ateliers sont d’abord expérimentés, vérifiés, contrôlés. Puis lancés sur les réseaux sociaux qu’Aurélie maîtrise parfaitement. Avant de s’installer pour deux heures, chaque semaine, dans des boutiques partenaires à Aix-en-Provence et Marseille, où les clientes repartent, ravies du DIY et de l’échange avec ces nouvelles copines, et les « yeux qui brillent ».

 

Les mains des mamies pour un pull fait-main

La fine équipe ne s’arrête pas. Les mamies sont pleines de ressources et Aurélie sait que pour son projet soit  financièrement viable, elle doit proposer autre chose… Revenir à son idée première, un début de collection, un pull peut-être, fait-main ?

Il sera rose, délicat, en laine mérinos, avec des manches bouffantes, un large col, des côtes 1/1 tricotées aux aiguilles 10, une taille unique. Tricoté, bien sûr, à la main par les mamies.

Conseillées par une styliste, les 4 femmes prototypent, essaient, échantillonnent, se défient à qui le tricotera le plus vite. Il est beau et sera en édition limité et en pré-vente sur Ulule au cours du mois d’avril (renseignements à venir sur Insta).

Des mains de fées sur un beau projet.

En savoir +

Accueil » Archives » Portraits » Les mains de mamie : le DIY intergénérationnel
Mots-clefs du billet
, ,

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de